Rêves d'avenir

12-Une main tendue

C’est l’après-bataille. Tous sont rentrés enfin à Hom sans pour autant pouvoir savourer un retour à la maison calme, vu la bataille qui vient de se produire. Abraham a la bonne surprise de constater que pendant son absence Lilith a jeté les fondations de sa maison avec des poutres d’acier, au pouce près. D’Lan et Thomas soignent leurs blessures sous l’oeil vigilant de Bejmin.

Leur répit sera de courte durée. Quelques temps après, une troupe de Magdalites se présente à Hom, sous une mission de diplomatie. Lilith ayant élu domicile dans le nouvel édifice saillant de Haven, il en revient à nos amis d’accueillir comme il se doit les Magdalites, qui sont accompagnés par rien de moins qu’une Sirène (la garde rapprochée de Magdalène). Les choses commencent bien par des cadeaux d’usage: narcotiques et autres potions sont offertes, avec promesse de les consommer ensemble avant bien longtemps. Sous les conseils des Fallens, les Magdalites établissent leur campement lègèrement en retrait de Hom même.

Le soir venu, c’est la fête qui a lieu, et les Madgalites semblent bien décidés à offrir du bon temps à leurs hôtes en guise de main tendue. Une bonne discussion a lieu avec la meute cynique, où il est question d’un certain plaisir Magdalite à voir les Joanites rentrer la queue entre les jambes, et où l’on avoue candidement être venu chercher de l’information sur ces nouveaux Bannis qui semblent faire trembler les Fatimas. Et l’alcool coule, et les drogues se fument… la soirée sombre dans une ivresse douce et dégénère à la manière de Magdalène elle-même en une orgie de plaisir où tous et chacun se laisse envoûter.

C’est un cri rauque et une gerbe de sang chaud qui casse tel un miroir l’ambiance de la soirée. La Sirène de Magdalène, en pleins ébats avec Abraham, tombe à la renverse les yeux révulsés: elle a un carreau d’arbalète en plein coeur.

Le chaos s’en suit, où D’Lan et Thomas accourent à l’extérieur par réflexe. Bejmin constate rapidement la mort sur le coup (le carreau était de de plus empoisonné). Abraham tente de calmer la situation, et se concentre à trouver un éventuel perpétrateur dans l’enceinte de la tente. C’est Bejmin qui l’apercevra le premier et D’Lan se lancera à ses trousses sans succès et ne mordra que de la boue.

De retour dans une tente qui leur est maintenant hostile, un examen de la flèche révèle que l’empennage est lui-même un symbole. Une plume de Hibou.

Comments

LexMajor

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.