Rêves d'avenir

11 - Invasion
Le bruit des bottes sur le sol

Le temps du Festival de la Libération est habituellement accompagné d’une ambiance légère et de festivités sans fin, alors que les tribus se souviennent de la défaite des Z’bri avec autant de rituels, fêtes et pièces de théâtre commémorant les faits saillants de cette période charnière de l’Humanité.

Mais l’ambiance n’est pas à la fête chez les Fallens, avec le contingent de Joanites qui marchent sur Hom.

D’Lan, Bejmin, Thomas et Abraham se pressent vers l’avant, alertant toute âme qui vive de se réfugier derrière les palissades métalliques de la Porte des Bannis. Ils ont eu une pensée pour les Doomsayers enfermés dans le Sépulchre, mais se sont rassurés avec l’idée que ce serait sûrement la dernière place à Hom qui tomberait.

Les choses s’accélèrent: D’Lan organise les défenses, Bejmin et Abraham veulent insuffler un semblant d’unité dans le chaos ambiant. Thomas, lui, est songeur et éprouve malgré lui un conflit intérieur en voyant la bataille qui s’annonce contre ses anciens frères. L’Inquisiteur Siméon s’avance et proclame:

Pour hérésie, trahison et crimes contre les Tribus, les Fatimas et l’Humanité, sont sommés d’être livrés avant le crépuscule les personnes suivantes, sous peine que Hom soit rasé par les forces des Tribus. Doivent être livrés: L’être qui se fait appeller Lilith, Kymber Reva, Hal Ninva, Abraham ancienne connu sous le nom de Scapin, Bejmin le meurtrier Evan, Thomas qu’on appelle le coupable, D’Lan dit l’impitoyable, Mek la brute, ...

Le reste de la liste est de peu d’importance: l’Inquisiteur réclame Lilith. Kymber Reva, Hal Ninva et les autres leaders Fallen sont présents dans la cour intérieur, et dans l’énervement collectif, Deus le poète dit tout haut ce que tout le monde a en tête…

Mais … où est donc Lilith?

View
10a - Commentaires

Bon, après un hiatus aussi long que mérité, nous voici repartis dès ce soir. J’ai hâte, et les choses vont prendre une certaine vélocité qui va tourner autour de vos personnages, qui sont de plus en plus impliqués dans les événements qui façonnent la vie des Bannis et des 7 Tribus.

  • Abraham, qui passe son temps à être déchiré entre sa vieille famille et sa nouvelle famille, en dedans et en dehors de Hom.
  • Thomas, on a à se parler, les images sur lesquelles nous nous sommes laissés ont certainement fait impression sur ton personnage (voir ci-dessous)
  • Bejmin, probablement encore secoué d’avoir été torturé dans l’Institut et d’y avoir rencontré sa femme lorsque prisonnier.

Il y a une dernière chose dont je voulais parler: vu le temps depuis la dernière partie, il se peut que certains souvenirs ne soient plus aussi “frais” qu’ils le devraient, et que je n’aie pas pris de notes. Par exemple, comment le Yagan et vous vous êtes quittés sur les Rust Wastes, de si la Pellis s’était bel et bien échappée et la teneur exacte de votre deal avec les Keepers sont toutes des zones où je crois bien me souvenir mais j’ai un petit doute.

Si un tel cas arrive, ce que je ferai est de vous demander ce qui s’était passé selon votre souvenir, et on va s’entendre sur une version “canon” qu’on prendra à partir de là. Bust

View
10-Torturés
La douleur du corps égale celle de l'âme

À l’institut, Thomas et D’Lan sont entraînés dans les confins de l’Institut, jusqu’à une salle froide comme le roc, aux parois métalliques et qui oppriment et rendent fous. Une demi-douzaine d’autres personnes, Fallens et autre, sont avec eux, dont Bejmin, qui bien que meutri et mutilé, est bien content de les revoir. Autour d’eux, beaucoup de gens différents… un Ex-Sheban amer qui est prompt au désespoir, une grosse Evan qui tente d’être joviale, Hagbard le Keeper et une fille quasi-muette qui reste dans son coin en pleurant.

Les Fallens seront tour à tour appellés pour être interrogés par l’Inquisiteur, qui sera particulièrement curieux et pointilleux sur Lilith, tentant de comprendre sa nature, ses acolytes, ses desseins, etc. Cet interrogatoire ne sera pas doux, et les héros seront torturés sous les couteaux bien aiguisés d’une artisan Pellis de la tribu de Baba Yaga. Elle retirera d’ailleurs avec précaution certains tatouages Lilithien de D’Lan pour référence future, au grand dam de ce dernier.

Pendant ce temps, Abraham se glisse à l’intérieur de l’ Institut suite à l’utilisation judicieuse de sa Synthesis pour trouver “l’inspiration parfaite” qui contourne les rondes de gardes et les projecteurs de lumière. Ce sont des corridors sombres qui l’accueillent, mais il ne désespère pas de trouver ses amis.

Après plusieurs tentatives de mieux comprendre ce qui leur arriver et de mettre en commun leurs efforts pour s’échapper (dont un essai stoppé brutalement par les gardes Joanites), Bejmin se rend compte en tentant de l’empoigner pour la raisonner que la jeune fille est en fait un fantôme! Cela a pour effet de confirmer une confusion déjà rampante, et Bejmin a l’impression de recevoir des conseils de sa défunte femme.

Lorsqu’Abraham parvient enfin à l’endroit où ils sont enfermés, il attend le moment propice où il y a le moins de gardes pour passer à l’action et bondir sur le Joanite avant que ce dernier ne sonne l’alarme. Malgré ses efforts, l’alerte est donnée, mais ses amis sont libérés. Thomas se rend compte que leurs équipements avaient été conservés, mais qu’il manque bizarrement l’équipement qui aurait été confisqué au Tera Sheban. Il n’en faut pas plus pour qu’il en vienne à la conclusion qu’il s’agit d’une taupe, envoyée pour surveiller leurs agissements. Ils le prennent prisonnier, comptant l’utiliser pour sortir de cet endoit maudit.

Le chemin vers la liberté est parsemé d’embûche, non la moindre étant la Yagan qui leur tend une embuscade dans l’obscurité qui passe près de leur coûter très cher. D’ailleurs, la grosse Marian tombe, victime des lames affûtés de la Pellis. Une course effrenée s’engagera, où nos héros trouveront une sortie via les égoûts, et les parcourirons pendant des kilomètres, jusqu’à une sortie … en plein milieu des Plaines Rouillées, où ils abandonneront à un mort quasi-certaine la taupe.

Une tempête de rouille se lève, et Ils trouveront de l’aide inespérée dans la personne d’un vieux Yagan qui restera muet mais leur offrira un abri dans la tempête. Au lendemain à leur réveil, il aura quitté l’abri, et ils n’auront de souvenir de lui que certains de leurs objets qui sont devenus empreints de rouille.

Hagbard les guidera jusque chez les Keepers, où il n’est curieusement pas le bienvenu. Ils négocieront leur passage de retour jusqu’à Hom, et rendus en vue du Pont des Bannis, la vision s’offrant à eux sera sans appel: L’Inquisiteur qui marche à la tête d’un contingent complet de Joanites, visiblement sur le chemin de la guerre.

View
9b-Commentaires

Bien content de la vélocité de la campagne, merci de votre implication comme toujours.

  • Très ironique comme le soulignait Hugo que celui qui se retrouve à ne pas être capturé à la fin est le vieux plutôt que les guerriers farouches! Abraham devrait trouver quelque chose à faire, je suis pas inquiet :D.
  • Vous avez fait ample utilisation de Synthèse cette fois, autant pour obtenir des “indices” importants (D’Lan a vu le visage d’un NPC important, et Abraham a su bien vite que l’Institut était un endroit… spécial.)
  • Le format de “Chase” que j’ai utilisé est tiré directement de celui qui vient juste de sortir dans le nouveau Savage Worlds. Je l’aime bien, je trouve qu’il réflète à la fois . Ça s’est joué à un jet près (avoir eu un meilleur jet pour D’Lan le faisait s’échapper).

Pour ceux qui ne savent pas, je sais désormais très bien où je m’en vais avec cette campagne-là, qui est écrite dans ses “grandes lignes” jusqu’à la fin. Le “casting” commence à être “touffu”, et je n’ai plus à me battre beaucoup pour trouver des éléments narratifs…

Vous n’en abusez pas d’habitude, mais sentez-vous bien encouragés de passer vos commentaires, j’en prendrai bonne note.

View
9a-Recherches et recherchés
Il n'est pas toujours bon d'attirer l'attention

Ils empruntent contre faveur future un bateau au Vieux Tom, et c’est menés de main experte par Thomas qu’ils accostent non loin de la Cité Engloutie, que celui-ci connaît très bien. Il a fait après tout de la sale besogne pour son ancienne tribu bien longtemps. L’endroit le plus logique pour commencer les recherches semble évidemment Bazaar, et Abraham y connaît encore bien des gens, ce qui peut être utile. Ils se rendent à Teren’s Den, où il connaît encore le tenancier, mais celui-ci a peur, et cela prend menaces et cajoleries pour lui faire cracher des informations très simples.

Dernièrement des Bannis sont enlevés et disparaissent, et on ne les emmènene pas dans les Prisons Joanites habituelles.

Ils ne porteront pas assez attention à leur entourage, et ne verront pas les patrouilles Joanite les suivre dès leur sortie du Den. C’est à la dernière seconde que la poursuite se déclanchera à travers les étalages de Bazaar. Abraham connaît quelques difficultés, au point où D’Lan doit lui prêter main-forte. Thomas fait son chemin lui-même et combine acrobaties par-dessus une clôture et dissimulation pour échapper à ses assaillants. Abraham réussit lui aussi à faire tomber un étal pour ralentir suffisamment ses poursuivants. D’Lan, qui initialement avait une longueur d’avance, paiera chèrement l’aide qu’il a donné à Abraham, puisqu’alors qu’il voyait l’occasion de s’échapper enfin, un Joanite surgi de nulle part le plaqua au sol: c’en était terminé pour lui.

Abraham et Thomas, essoufflés, conviennent de se rejoindre chez Valère, le fils aîné d’Abraham qui tient sa ferronnerie non loin de là. Thomas dit à Abraham qu’il tentera de savoir où D’Lan a été enlevé, et qu’il le rejoindra sous peu. Ce sera la dernière fois qu’il parlera à Abraham ce soir-là, puisqu’il sera aperçu et capturé par les Joanites.

Abraham est accueilli froidement par son fils, qui dit à sa femme (enceinte elle aussi!) que celui-ci est “un ami de passage, qui partira sous peu”. Il est content de voir son père, mais est conscient du danger que ce dernier fait courir à sa famille. Abraham en est un peu attristé mais l’amour qu’il porte à ses enfants n’a pas de limite, et il s’en ira le soir même, gracieusement, après que Valère lui aie remis des provisions et un solide couteau confectionné dans la journée.

Abraham suivra discrètement un chariot quittant la tour de garde et voyageant vers l’est. Dans la charrette, D’Lan et Thomas entendront à travers la voix craquelante d’une petite boîte-Relique des voix brouillées par des lamentations de damnés:

Ici l’Institut sur Bélanger… les lumières sont allumées et les sirènes sonnent…L’Inquisiteur vous attend.

Institut

View
9-Consécrations et disparitions

Lilith établit bientôt une routine fort simple: elle passe le plus clair de son temps avec ses compâgnons et compagnes les plus “fidèles”, et forge nuit et jour avec eux. Touché au coeur par l’accomplissement d’une prophécie si proche de lui, D’Lan commet un geste empreint de foi et procède au tatouage et à la scarification de son crâne avec des symboles Lilithiens. Lilith est peu bavarde sur son objectif.

Je me forge moi-même.

Bejmin étant parti faire la “tournée de ses patients” (dont Sacha, enceinte), D’Lan rejoindra Lilith un soir avec Abraham (mais sans Thomas, qui reste prudent face à ce qu’il voit comme un “nouvel asservissement”). C’est devant l’étonnement de tous que Lilith, ayant terminé une magnifique épée forgée à même les énorme Lames provenant de son propre corps (et donc de celui de Joshua), la lui remet. Ce sera la première Lame Lilithienne.

En remerciement, D’Lan, porte cette emblème, symbole de mon père et de moi-même.

D’Lan reste bouche bée, et reste ébahi de cet honneur. Il se convertira définitivement en Enfant de Lilith ce soir là.

Le lendemain, Bejmin n’est toujours pas revenu de sa tournée, ses amis sont inquiets. Abraham engage les travaux à l’aide des matériaux récupérés de Mahgog, et il est lui-même surpris de constater que Lilith elle-même lorsque mise au courant de son projet se saisit d’une tôle gigantesque et commence à creuser les fondations de sa maison, en silence. Ils partent et rendent visite à Kyrt (qui ne l’a pas vu), Thomas allant jusqu’au Pont des Bannis pour y constater que la garde a été triplée. Il soutire habilement l’information que Bejmin n’a pas été vu. Abraham tente de faire Unité avec Bejmin pour entrer en communication, mais sans explication visible celle-ci souffre “d’interférence” et il ne réussit pas à entrer en contact avec le médecin.

Il se rendront compte assez vite en suivant sa trace à partir de chez Sacha que Bejmin a manifestement été victime d’une embuscade, et qu’il a été enlevé et emporté de l’autre côté de la rivière, vers Vimary.

View
8c - Commentaires

Merci encore une fois à tous pour votre présence et votre jeu dévoué. Merci en particulier à Hugo de s’être joint à l’aventure.

  • J’étais inquiet, puisque c’était probablement la partie la plus “Railroad” que j’aie fait à date, et qu’il fallait bâtir l’intensité correctement pour un événement aussi important que la naissance de Lilith.
  • Je pense que Thomas va faire une belle addition à la partie. Mon but honnête et avoué en le mettant dans une position “vulnérable” en début de partie était de le rendre plus attachant à ces personnages autrement relativement cyniques que sont les votres.
  • J’ai d’ailleurs des plans intéressants pour Thomas, il tombait justement dans un rôle que je comptais remplir.
  • Vous me ferez part de ce que vos personnages veulent faire, et si ça “clash” beaucoup avec ce que vous vous attendiez, mais je crois que Lilith sera un peu “en sourdine” pour 1-2 parties (ce qui ne veut pas dire qu’elle ne fera rien :) ), au profit d’une autre storyline que j’ai en tête.

Comme toujours, commentaires bienvenus!

View
8b - Retour en territoire connu
Unanimité n'est pas Fallen

Discuter avec Lilith est un exercice succinct. La nouvelle Fatima marche d’un pas décidé, et semble toujours être concentrée sur l’objectif. Après avoir massacré les bêtes (dont les dernières ont fui apeuré devant un tel esprit de vengeance et ses acolytes), le voyage à Hom se fait dans un silence irréel. Les compagnons peuvent sentir une certaine reconnaissance de Lilith, et elle répond brièvement à quelques questions. Oui, elle est là pour les aider. Oui, elle est la fille de Joshua. Non, elle ne se considère pas alliée à ses tantes.

Hom point au petit jour, et ils ne peuvent s’empêcher de remarquer à leur entrée sur l’île que la fumée qui s’élève habituellement du Sépulcre (la demeure de Veruka) est absente. Celle-ci semble avoir été “soufflée” par le choc qu’a causé la naissance de Lilith, ajoutant ainsi à la perte de Jacques qui s’est sacrifié pour son existence.

On les attends à la porte d’Hom, et une jeune Jacker récemment exilée, Ardatli, jubile de voir que ses visions sont réelles et que Hom accueille la Salvation qu’elle avait pressenti. L’arrivée de Lilith cause une énorme commotion, et c’est au milieu de celle-ci, doublée d’une promesse de Lilith de parler le lendemain à la Cage que Sacha avise Bejmin qu’un homme a été retrouvé, sévèrement battu, ce matin. Il se rend à la demeure de cette dernière pour y voir un homme d’une carrure impressionnante au visage tuméfié, en souffrances. Il le soigne de son mieux et le re-transporte chez Barbier.

En apprenant que l’homme a été battu à la fois avant d’entrer sur l’île (par les Tribaux) et une fois arrivé à Hom par des Bannis, D’Lan est en furie. Il fait ses recherches et apprend que deux anciennes connaissances sont impliquées… une ancienne Joanite qu’on appelle Zara, et… la juge Ariel, maintenant bannie. Il paie une “visite de courtoisie” à ces dernières pour leur livrer un avertissement.

Ils se rencontrent à Junks pour faire plus ample connaissance avec Thomas, un ancien Terasheban, qui semble avoir un don exceptionnel pour s’attirer les foudres et la méfiance de tous.

Le lendemain, Lilith parle:

Je suis Lilith. Je suis la Fille de Joshua. Je suis venue mettre fin aux menaces nées des temps sombres. J’offre la sécurité, d’être un guide dans la défense, et de vous aider à trouver votre chemin dans vos Rêves. Je ne lèverai pas la main contre mes tantes, mais revendiquerai dûrement toute main levée contre vous. Je ne suis que ce vous ferez de moi. Je vous suis Amie.

Les réactions sont diverses à son discours. Les Lightbringers sont enchantés, les Doomsayers exultent d’une prophécie réalisée (surtout Jonhur et sauf Chevon, bien sûr). Les Jackers sont mitigés, se méfiant d’une ruse Z’bri et attendant de voir les actes qui suivront les paroles. Les Hérites sont en colère et méfiants pour la plupart d’être de nouveau “sous le joug d’une Mort”, au point où Bejmin a une empoignade avec Kyrt, qui se soldera par un froid mutuel.

Le soir, Lilith se confiera aux compagnons et leur offira sa gratitude. C’est ce soir là que certains commencerons à se nommer les Children of Lilith.

Lilithspeech

View
8a - Fuite vers l'avant
Lorsqu'acculés à un mur, même ses briques sont porteuses d'espoir

Le lendemain les voit travailler frénétiquement à dégager les décombres. Abraham use de Synthesis et de sa débrouillardise naturelle pour animer pics et pelles, Jacques confère à tous une force qui dépasse de loin leurs capacités normales, et toute la journée s’écoule rapidement, devant un sentiment d’urgence qui ne veut pas les quitter.

C’est le soir venu qu’ils entendent les cris des premiers Z’bri. Les formes dans le ciel se sont rapprochées. Bejmin tente de se cacher, mais dans son énervement oublie complètement qu’il peut être visible du ciel. D’Lan allume des petits feux pour permettre de mieux éclairer les lieux, pendant que les autres travaillent d’arrache-pied, sentant le but plus proche.

Puis tout déboule… Bejmin sent de cruelles griffes foncer sur lui et évite le pire au dernier moment sous les cris de D’Lan, qui accourt à son secours. C’est au même moment qu’Abraham sent une pierre céder sous un coup de pelle: ils ont enfin rejoint les cavernes à l’intérieur. C’est la ruée: D’Lan et Bejmin viennent à bout de la créature ailée, et c’est grâce aux efforts de Jonhur qu’ils peuvent éviter l’énorme monstruosité qui était sortie du lac pour pénétrer dans le temple même. À la lueur des feux allumés par D’Lan, des hordes de bêtes accourent vers eux et commencent à forcer leur entrée dans le temple.

À l’intérieur, les Fallens sont désespérés. Ils explorent un peu pour découvrir un Autel sur lequel est déposé… la tête de Joshua. Au moment où les bêtes viennent à bout de pénétrer dans le lieu sacré, un étrange courage s’empare d’eux. Jacques, quant à lui, est transfixé par l’Autel, d’où se dégage maintenant une lueur pâle de couleur électrique. L’intensité est palpable, et la Rivière des Rêves omniprésente (le spectre de Veruka est même visible à leurs côtés), et leurs coups sont plus meutriers, leurs élans plus vicieux, leurs sauts inhumains. Retentit soudain comme un coup de tonnerre, assourdissant dans la caverne, et la lueur aveugle momentanément tous et chacun.

Lilith, fille de Joshua le Ravageur, est née.

Birthoflilith*

View
8 - À l'ombre des monts
L'urgence d'agir

Forts d’une foi renouvellée en leur mission sacrée, les Fallens explorent un peu le village abandonné de Mahgog. Certaines bâtisses ont été jetées à ras le sol, et d’autres sont intactes, et c’est Jonhur qui le premier remarque que l’attaque ciblait manifestement des symboles forts de la communauté: temple, maison du chef, salle commune, etc.

D’ailleurs, le Temple… Abraham s’en approche, se souvenant à travers les songe de son emplacement, et même si sa corniche de pierre, érigée fièrement à flanc de colline, est affaisée sur le sol en débris, il sent encore derrière les tonnes de roche et de terre une puissance l’appeller, l’attirer… serait-ce le but de leur quête? Il commence à dégager pierres et terre, joint rapidement par Jacques et Jonhur qui sont animés d’un sentiment similaire. Ils réussissent en une soirée à libérer une partie du Temple, celle menant aux cavernes naturelles qui abritent l’Autel dévoué à Joshua le Ravageur.

Le soir, dans une maisons investie où Bejmin s’affaire à cuisiner le reste du gibier qu’ils possèdent, les discussions vont bon train: qui a tué les Joshuans? Étaient-ce les Flèches Rouges? La peuplade sédentaire et pacifique? Les Dahlians visitant à l’occasion eurent-ils un rôle à jouer dans cette tragédie? Autant de questions interrompues par l’arrivée d’une silhouette encapuchonée.

Quittez cet endroit, laissez dormir ce qui y repose.

Une fois son capuchon retiré, l’on voit clairement deux visages liés par la sorcellerie immonde des Z’bri. D’Lan murmure un seul mot: “Flemis”. Ils chassent l’importun prestement, mais non sans s’apercevoir qu’au loin dans le ciel tournent des formes sombres, similaires à celles qui les ont hanté sur le chemin de Mahgog.

Ceux qui dorment dorment d’un sommeil trouble.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.