Rêves d'avenir

5 - Le couteau à la gorge
Des choix déchirants

Les derniers échos du Rant mouraient doucement dans les cris, les supplications, les tirades et les invectives, et déjà Bejmin et Abraham discutaient du bien d’avoir “humanisé” Jacques au yeux des Bannis avec Hal Ninva, bien sûr mécontant qu’un tel symbole aie été “gâché”. D’Lan, de son côté, servait d’arbitre entre Chevon et Jonhur, ce dernier encore convaincu par ses Rêves que Jacques les mènerait à la gloire. D’Lan se fit tranchant:

Si on a à le suivre, on ne peut pas forcer cela. Ça arrivera au bon moment.

Mek étant revenu de Raid contre les Z’bri, c’est à lui que Bejmin s’adresse pour tenter de traquer (contre rémunération) la créature qu’ils ont brièvement aperçu la veille sur les berges du lac. Mek semble sur une bonne piste mais c’est Abraham, suivant la Rivière des Rêves, qui lui donne le coup de pouce nécessaire pour terminer la traque… jusqu’à la Cage, où a eu lieu le Rant. L’assassin était donc présent pendant le Rant, ce qui n’est pour rassurer personne.

C’est dans la bonne humeur et la festivité croissante que nos héros prennent une bouchée chez Barbier, quand Jacques s’enquiert des meilleures choses à faire pour faire la fête le soir même… il avoue que les Joshuan ne sont pas les plus fêtards parmis les tribus. Obsédés par la recapture du tueur avant que celui-ci ne re-frappe, on lui laisse entendre que d’aller cueuillir des histoires de chasse avec Mak et ses Jackers serait sûrement ce qui lui conviendrait le mieux, pendant qu’on retourne sur les lieux de la Cage pour tenter de “reprendre la piste au flair”.

Se doutant de plus en plus qu’il s’agit d’une “fusion anormale” d’un Z’bri avec autre chose, Abraham se concentre et fait appel au monde des Songes pour mettre le doigt sur une “Unité malsaine” qui serait présente à Hom. Assis les jambes croisées, fumant sa pipe, sa fumée serpente et avance vers la source de ce malaise… qui se trouve chez Barbier, à l’horreur de tous.

À l’intérieur, la scène est frénétique. Bejmin, observant que les meurtres précédents avaient été entourés d’histoires d’amour (ou de désir), se concentre sur les “couples” présents sur place. Il y en a trois: un couple peu connu de nos héros (Porelyn et Ivan), Sacha et Rolf, et Kymber Reva qui semble avoir du très bon temps avec Steeve (deux “e”). À un certain moment, Porelyn se lève et murmure quelque chose a l’oreille de Steeve, et quitte pour aller se soulager à l’extérieur, suivie de Bejmin qui se méfie.

Pendant ce temps, D’Lan voit Steeve se pencher et embrasser Kymber, qui semble surprise et s’y oppose un peu mais finit par céder. Bejmin voit Porelyn perdre connaissance à peu près au même moment que D’Lan voit Steeve s’effondrer.

View
4a - Commentaires

Voici mes commentaires pour la partie!

- Le pace était différent, c’était voulu… j’avais beaucoup de choses à mettre en place pour la suite des choses, et la bonne nouvelle c’est que c’est maintenant fait, merci de votre participation.

- Vous n’utilisez jamais ça la Synthesis? (Moi non plus direz-vous :D ) J’ai hésité à vous le rappeller parce que je ne voulais pas affecter votre jeu, mais je crois que vous laissez clairement “de l’argent sur la table” :)

- J’étais fatigué, j’espère que ça n’a pas trop paru. Dans mon cas la différence c’est que j’ai l’impression de ne pas avoir pu insuffler le “pep” habituel à la partie. Je me reprendrai la prochaine fois.

Je suis TRÈS curieux d’avoir vos “more of”, SVP lâchez-vous lousse. Ça peut être des types d’action, certains aspects mécaniques, certains PNJs que vous appréciez ou voudriez plus voir, etc.

View
4 - Le bruit du tonnerre à l'horizon
Mais que sera l'orage?

Les premiers pas de Jacquessur Hom sont sans histoire, et ce dernier est surpris du silence qui l’accueille alors qu’il traverse le Pont des Bannis pour être considéré lui-même comme banni, pour ce qui lui semble être une deuxième fois. Soucieux des implications de la présence de Jacques à Hom, leur premier arrêt ne se fait pas parmi les figures de proue de la politique tribale, mais vers le pendant calme et sage de Veruka, celle qu’on surnomme la Spectre.

Accueuillis par Simon, l’un de ses aides qui les mène à la Doomsayer, elle est contente de les voir, surtout D’Lan pour qui elle a toujours éprouvé de l’affection. Elle serre chaleureusement leurs mains de ses propres mains frêles à la peau si agée quelle en est quasi-transparente. À la rencontre de Jacques, elle s’étonne peu de la révélation de son existence.

Tiens, c’était donc vrai…

Elle s’excuse de ne pas pouvoir être de plus d’aide, mais confesse qu’elle n’a qu’un maigre sens politique. Sa vraie passion est avec la Rivière des Rêves. Elle mentionne aussi qu’Hom est en deuil: l’amoureux de Kymber Reva, Petyr, a été retrouvé assassiné et le choc est encore douleureux. Elle les remercie et les laisse avec leurs questions.

Par la suite, c’est Barbierqui les accueille avec un repas chaud et un peu de discrétion (aidée par l’alcool de qualité non-médiocre apportée par Abraham de ses voyages). Le repas se déroulait bien, mais Hal Ninva a jeté une douche froide en ayant avec eux une discussion qui ne laissait présager que les problèmes à venir. Bejmincommet un lapsus malencontreux et laisse couler que Jacques est en fait un Joshuan.

Jacques, vous êtes un symbole qui servira la 8e tribu.

Disait-il. Par la suite, Jacques craignant d’être seul, ils rendirent visite à Sachaet Rolf, qui manifestement n’avaient pas perdu de temps à laisser libre cours à leur amour. Au départ de leur résidence, un cri horrible les apostrophe: ils courent vers la Grande Roue et n’arrivent que pour être témoins d’une masse informe qui plonge dans le lac avoisinant, laissant un cadavre chaud que Bejmin essaie en vain de sauver. Il réussit tout de même à apprendre que l’homme suivait la silhouette d’une femme.

Ils prêtent ensuite visite à Kymber Reva, toujours en deuil. Elle leur offre des conseils plus pratiques: faire parler Jacques devant un Rant le plus rapidement possible, avant que sa légende ne soit hors de contrôle. Tous conviennent qu’ils parleront à Jacques.

Des curieux les attendent devant Junks, pour voir “le prophète” qu’on appelle Jacques, mais sont rebutés par D’Lan qui met clair qu’il ne s’agit pas d’un animal de cirque. Il est si aggravé qu’il va marcher pour se calmer les nerfs. Une voix sussurrante qu’il reconnaît comme celle de J’Zell lui parle, le mettant dans tous ses états. Il se fait promettre des informations sur les crimes par le Z’bri qui cherche à se disculper. Il quitte sans écouter ce que ce dernier avait à dire (chose que lui reprochera Abraham par la suite).

Le lendemain matin, l’un des bannis qu’ils avaient rebuté la veille est retrouvé mort, horriblement mutilé comme les autres. Ils traîneront cette image glauque jusqu’au Rant, qui début vers le midi à la Cage. Jonhuret Chevon, des Doomsayers, ont des opinion très antagonisés… le premier voyant un signe de prophécie et l’autre redoutant qu’on glorifie pour rien. Kyrt(un hérite) est sceptique. Abraham réussit à mettre une ambiance d’ouverture, dont Jacques profite pour expliquer son histoire. Les autres bannis auront pour lui par la suite le même respect, mais avec des attentes beaucoup plus réalistes. Hal Ninva fait tout de même bonne figure et réussit à en tirer un peu de gloire.

Ce soir, l’ambiance est festive à Hom comme cela arrive à l’occasion.

View
3x - Interlude
L'Histoire de Jacques

Assis sur le bord d’un feu de camp, à la lueur des flammes dansantes, Jacques parle:

Je suis né dans un camp Z’bri… celui qu’on nommait “la Faillibilité de la Chair”, quelques années avant les révoltes. Mes parent sont morts dans les arènes de gladiateurs, horriblement déformés par leurs maîtres Z’bri pour offrir un meilleur spectacle, et c’est ma tante qui m’a prise sous son aile. Elle s’est elle-même retrouvée scarifiée jusqu’à en être méconnaissable lorsqu’elle s’est interposée entre moi et l’une des bêtes alors que j’en avais attiré l’attention avec un peu trop de bravade. C’était une bonne femme.

Il prend un lent souffle, et une gorgée de bouillon, et continue…

Au jour de la Révolte, j’étais aux premier rang, et j’aurais dû à bien des égards mourir ce jour-là. Mais ça n’a pas été le cas. La semaine qui a suivi en a été une de pure rage écarlate. J’ai encore un goût de cendre et de sang dans la bouche, et j’ai dû faire des actes horribles pendant ce temps, mais Joshua était un maître sans merci…. total.

À sa mort, c’est comme si on avait arraché mon âme de mon corps. Je n’ai à ce jour aucun doute de la traîtrise des autres tribus. J’en ai pleuré pendant des jours, et ai même pensé à m’enlever la vie. C’est celle qui deviendrait ma femme, Simone, qui a apaisé ma douleur et ma colère. Nous sommes partis, le plus loin possible, et nous avons fondé une commune sur les bords d’un magnifique lac, où nous avons passé notre vie heureux et vigilants, à troquer méfiamment avec les Squats et surveiller les Z’bri.

Il ramasse une branche et attise le feu, qui prend vie avec une vigueur surprenante qui se réflète dans ses yeux maintenant vitreux.

Puis, un jour, les bêtes ont rappliqué. Ils sont tous morts… Simone et mon fils Michel dans mes bras. J’ai fui.

View
3c - Commentaires
Une autre excellente partie, j'aime beaucoup la dynamique qui s'installe avec les personnages

- Je crois que le groupe réussit à être à la fois très complémentaire et une force de frappe non-négligeable, comme en témoigne la bataille. Je croyais que c’était pour être plus difficile, mais l’usage de la surprise et de la nuit leur a très bien servi.

- Plus d’utilisations de la Synthesis, et des utilisations très appropriées. J’aime que pour l’obstacle de la rivière il y aie eu deux utilisations complémentaires et tout à fait compatibles. Bon… être dans la Rivière des Rêves aide toujours un peu, mais ça a fonctionné!

- J’ai un peu vu les limites de mon système de “défenses fixes”... la Joanite avec 6 de Parry ne pouvait tout simplement pas être touchée par Julien à moins de trouver des bonus autrement ou ailleurs. Tant que ça reste rare je vais garder ça comme ça (ça force les joueurs à “penser autrement”) mais ça pourrait être problématique si ces scores deviennent courant (ou dépassent à 7-8)

- Dark Ricardo est trop fort pour la ligue.

Bref, n’hésitez pas à sortir les “more of…” ou à passer les commentaires! La prochaine partie commencera avec l’arrivée de Jacques à Hom, et qui sait par la suite…

View
3b - Sortir du terrier
Ils émergent du voyage

Nos comparses commencent à se douter que quelque chose ne tourne pas rond avec ce voyage. Rinna use manifestement de Synthèse, mais il s’agit selon Abraham d’effets extrêmement difficiles à soutenir, et elle semble toujours disparaître aux moments les plus inopportuns. Bref, elle énerve. Mais ce n’est pour l’instant pas leur plus grand souci, puisque se dresse maintenant devant eux une rivière déchaînée, torrentielle. Sur les pointes des lames d’eau se dessinent diverses formes telles des embarcations en naufrage, des gens qui se noient ou d’énormes poissons sautant des flots.

Évidemment, Rinna n’est visible nulle part.

Bejmin et Abraham prennent les devants, invoquant (ironiquement!) les pouvoirs de la Rivière des Rêves, pour être libérés de la force du courant (Bejmin) et unis dans l’adversité pour traverser la rivière à la nage (Abraham). Leur entreprise est couronnée de succès, leurs dernières brasses les laissant haletant et épuisés de l’autre côté de la rivière, où les attend bien sûr une Rinna riante. Elle reprend le chemin à toute vitesse, apportant ces étourdissements familiers dans une cours effrenée à travers une forêt difficile.

Abraham jeta un regard à l’extérieur du sillon, prenant le risque de perdre trace de la guide. Son coup d’oeil fut juste assez furtif pour apercevoir une maison à moitié écroulée où s’affairaient une juge Sheban et un homme en contrejour maintenu par un joug. Ils émergèrent au crépuscule, près de l’endroit vu par Abraham, et partirent en éclaireurs jusqu’à la tombée du jour: dans ce squelette de maison était la Juge Ariel, le Joshuan et quatre acolytes.

L’attaque se fit à la nuit tombée, par surprise. L’assaut initial de Bejmin et D’Lan mit hors d’état de nuire la juge et une comparse plongée dans ses rêves. Le combat suivant fut bref et brutal, particulièrement avec une Joanite nommée Julia et un sombre Joanite nommé Ricardo. Coup de théâtre au milieu du combat, l’un des adversaires n’est nul autre que Harpagon, le fils d’Abraham. L’ancien Agnite en est chamboulé et lorsque son fils brave même la lame et les menaces de D’Lan pour tenter de sauver la Juge et pour ensuite fuir et se perdre dans les bois, c’est tout son être qui en subit le choc.

Dans l’après-coup du combat, les Fallens revoient un visage connu… celui de Rinna. Suite aux doutes de Bejmin, elle se dévoile à être… Dahlia. Les Fallens la confrontent, pour apprendre qu’elle est étrangement connaissante et curieuse de leurs agissements.

C’est moi qui ai accompagné votre ami le Jacques pendant son long voyage. Vous avez vengé la mort d’un de mes enfants, et pour cela je vous en remercie. Ne vous méprenez pas sur moi… si certaines de mes soeurs sont vos Ennemies, elles sont aussi parfois mes ennemies…. et vous savez ce que l’on dit de l’ennemi de mes ennemis.

Ce à quoi Bejmin répond cryptiquement que “le loup comme le lièvre détestent le chacal, mais ne sont pas amis pour autant”. Elle rit et s’évanouit dans l’air en leur promettant un bon chemin du retour.

Ils rentreront à Hom avec Jacques après avoir accompli leur part du marché avec le Juge Sakai et lui avoir rendu la Juge Ariel (dans un piteux état même après les soins de Bejmin). Ce dernier n’était pas enchanté, mais s’engage à passer le mot à la Watch “d’oublier” leurs crimes commis jusqu’ici.

View
3a - Sous le couvert des bois
La forêt de Duskfall ne pardonne pas

Au retour de leur rendez-vous avec le Juge Sakai, Rinnales attendait bien gentiment en rigolant à leur table, une chope à la main. Sans sourciller, celle-ci continue les négociations pour ses services de guide dans la forêt de Duskfall, Le groupe décide de prendre un peu de sommeil de façon à partir tôt le lendemain, puisqu’ils savent avoir beaucoup de retard sur Jev le Dahlian et le Joshuan qui l’accompagne de force. Leur sommeil est troublé, et Abrahamrêve qu’il est en joug, enchaîné, tiré devant dans une piste forestière… par quelqu’un qui se décompose tel un cadavre. D’Lan admet avoir rêvé des Fatimas, et Bejminse réveille en sueur. Ne pouvant plus dormir, ils se mettent en chemin.

La forêt de Duskfall est inexplicablement verdoyante, touffue et étouffante. Bejmin passe la réflexion qu’il ne peut être un hasard qu’une telle manifestation de vie étouffante soit si près du repaire d’Éva la mère. La route va bien, et l’avant-midi se passe sans trop d’embûches, alors qu’ils arrivent à un cadavre en plein milieu de la voie. Ce dernier a des habits bigarrés et colorés, deux carreaux d’arbalète dans la gorge et de profondes entailles aux côtes et dans la cuisse. Il s’agit évidemment de Jev le Dahlian, et on peut deviner qu’au bout du restant de chaîne qu’il a dans la main se trouvait celui qu’ils veulent libérer. Bejmin estime que Jev est mort depuis, et Abraham se lamente d’avoir tardé à se mettre en chemin.

On aurait peut-être pu empêcher ça si on était partis hier.

Rinna interjecte alors qu’elle peut “pousser un peu et passer par des raccourcis plus dangereux que le chemin normal…”. Bejmin sent qu’il y a quelque chose qui cloche, mais nos Fallens sont d’avis que c’est un risque à prendre. S’amorce un épisode étrange du voyage… la forêt se tord et se distord autour d’eux, le mouvement les opprime et ils sont parfois même pris de nausées… ils arrivent à une clairière, où se tient une forme sombre d’une femme.

Bejmin? Mon mari, c’est bien toi?

Bejmin est sous le choc… sa femme, morte sous ses yeux même il y a des années. Mais il n’est pas au bout de ses peines… une petite ombre sort de derrière Jili... “je te présente ton fils, Arles”. Le choc est complet, et la présence calmante d’Abraham qui agit comme une “amarre” à la réalité. La scène se brouille sur les paroles de Jili:

L’esprit reste, Bejmin, l’esprit reste…pars, tu n’es pas à ta place ici…

Lorsque D’Lan demande ce qui s’est passé (il les avait perdus de vue), Bejmin lui répond seulement “changeons de sujet”. Rinna réapparaît comme par magie, laisse sonner son rire habituel (qui tombe royalement sur les nerfs de Bejmin), fais un clin d’oeil en disant:

On continue?

View
2c - Commentaires

- J’aime bien Bejmin. Il est juste… pas stable. Il envoie un carreau d’arbalète entre les omoplates d’un Joanite qui se sauve, et la minute d’après donne des indications pour bien soigner l’autre joanite qui était tombé inconscient. J’aime que l’alcool éthylique qu’il a acheté serve autant à désinfecter ses outils de médecin qu’à faire des cocktails Molotov :P

- Va falloir que vous vous trouviez un nom de Cellule! :) “Les Confuseurs” c’est poche mais j’aime bien quelque chose qui reflèterait un peu votre côté “fier-à-bras confus”, avec D’Lan qui cite Joshua EN cassant des gueules. :D

- Pour revenir (encore!) sur mon système de déplacement, je crois que le combat a été rendu plus clair par ce système, les modifications apportées (2PM/tour) positives, et je pense que ça va se développer.

- Julien, je pense que tu aurais pu prendre avantage de ta Synthesis une fois ou deux durant la partie, c’est peut-être juste que tu n’es pas encore habitué à reconnaître les opportunités, mais ça viendra, et je pense que tu apprécieras…

- J’ai vraiment aimé la partie, il y a eu de l’action et de l’émotion, féliciations pour votre jeu!

- “Best Western” pour le nom de l’auberge quand vous voyagez dans l’Ouest… écoeurant!

Donc, en conclusion, j’espère que vous avez apprécié la partie. Et en commentaire de votre part je m’attends encore à des “Plus de…” pour la prochaine partie!

View
2b - À la recherche du temps perdu
Ballade de Vimary à Griffintown

Le temps presse, et puisqu’il se fait tard la cellule doit dormir à Vimary pour pouvoir quitter tôt le lendemain matin pour Griffintowne, chef-lieu de la tribu d’Ève et communauté agraire prolifique. En attendant, Abraham propose d’aller rendre visite à sa fille Toinette, ce qui soulève quand même des doutes chez D’Lan et Bejmin, qui se demandent si elle ne pourrait pas les dénoncer. D’Lan réussit à repérer un autre Fallen, qu’il charge de rapporter des nouvelles fraîches à Barbier, Sacha et les autres à Hom, et de les informer qu’il seront partis dans l’Ouest quelques jours.

Ces doutes se dissipent rapidement à la vue de la scène de retrouvailles touchantes entre un père et sa fille aînée. Celle-ci est une gentille femme de 30 ans, vieille fille puisqu’elle n’a pas trouvé mari (...et à la regarder, on voit malheureusement pourquoi). Abraham apporte quelques denrées qu’il a récupéré ici et là, et la charge de les distribuer à ses autres enfants et à sa mère. Il prend quelques nouvelles de leur mère dont la santé faiblit, mais qui est à la charge de la tante de Toinette. La plupart de ses enfants se portent bien (l’un d’eux est maintenant apprenti-ferblantier, ce qui fait poindre une larme de fierté dans les yeux d’Abraham), mais d’autres sont victimes de mauvaises influences et sont peut-être “à la dérive”, ce qui inquiète beaucoup Abraham. Ils quitteront le plus tôt possiblel le lendemain matin pour ne pas causer d’ennuis à Toinette, et se rendront compte beaucoup plus tard que celle-ci a bourré leurs paquets de nourritures pour la route.

Avant de quitter Vimary, ils se rendent compte qu’ils sont suivis par un Squat lourdement habillé. Il les fixe et leur fait signe de le suivre dans une ruelle, où il leur apprend que “son maître veut leur parler”. Lorsque ceux-ci acceptent, il ouvre ses lourds manteaux pour laisser voir un visage moulé même à sa chair, celui du Z’bri qui les avait poursuivi dans le SkyRealm il y a quelques jours. Il leur apprend que la Juge Ariel est passée discuter avec son propre maître, et qu’elle a appris qu’un Joshuan cheminait vers l’Ouest et qu’elle tenterait de l’intercepter pour en tirer profit. Pendant que parle le Z’bri au travers de son Serf, Bejmin est pris d’une étrange compulsion qui le pousse à se mutiler lui-même de son couteau de chasse dans une folie de culpabilité. Il en est empêché par Abraham qui écarte son arme, et c’est D’Lan qui abat sauvagement le pseudo-Squat dans une folie meurtrière. Dans les bruits mouillés de la lame de D’Lan qui achève le Serf, on entend J’Zell murmurer…

Ah…oui…la douleur est exquise…. cette information, je vous en fait cadeau pour cette fois, en bonne foi…. hahaha….urk.

Tous quittent rapidement la ruelle, Vimary et continuent rapidement vers GriffinTowne, qu’ils atteignent à la tombée du soir. Bejmin connaît une auberge correcte et discrète, qu’ils investissent, et affamés ils s’attablent aussitôt. Sans crier gare, une femme se présentant comme Rinnavient s’asseoir à leur table et propose ses services comme guide pour la forêt de Duskfall. Les discussions à cet effet commencent mais sont interrompues par une patrouille Joanite qui entre dans l’auberge… menée par Jen(qui leur fait un curieux clin d’oeil lorsqu’elle les voit). La patrouille étant à leur recherche, Jen les informe que quelqu’un de sa hiérarchie veut leur parler, qu’ils peuvent avoir confiance en elle. N’ayant guère le choix, ils la suivent. Curieusement, Rinna semble s’être volatilisée dès que la patrouille est apparue.

Leur interlocuteur n’est autre que le Juge Sakai, ce même juge qui a condamné Sacha à mourir aux mains des Z’bri. Sans passion, il propose un marché.

La juge Ariel est devenue dangereuse, instable et meurtrière envers les Fallen. Elle a révoqué ma sentence sans aucun droit pour le faire et administre de la justice de foule. Elle doit être arrêtée, et si vous me la rapportez je m’engage à faire “oublier” votre notoriété à la Garde.

Le marché tente les joueurs, qui l’acceptent (leurs intérêts sont communs pour l’instant semble-t-il) mais non sans avoir renchéri sur l’information de la juge, qu’ils dévoilent comme pactisant avec les Z’bri et manipulant des espions Fallens. Le juge Sakai fulmine, et l’accord est scellé.

View
2a - Regarder dans l'abysse
Un voyage jusque dans les coins noirs de Bazaar

Sachase remettait tranquillement de ses épreuves, sous les bons soins du docteur Bejminqui prodiguait quotidiennement sa médecine autant au corps qu’à l’esprit.

Tu as été assez longtemps sous l’emprise de ce que les autres pensaient pour toi… prends donc un peu de temps pour penser vraiment à ce que tu veux pour une fois…

Abraham, lui, s’occupait de son âme et de son rapport à la Rivière des Rêves, mise à l’épreuve par des cauchemars où elle se faisait désespérément torturer par les Z’bri. Au final, après avoir conclu que le Joshuan était toujours vivant, il s’imposa de devoir le sauver des griffes des Dahlians le séquestrant.

Bejmin et Abraham eurent aussi une conversation “amicale” au coin du feu avec le toujours très ambitieux Hal Ninva, laissant présager que si un symbole important comme un Joshuan surgissant, cela ferait sûrement beaucoup parler et pourrait influencer la tribu d’un côté ou de l’autre. La discussion a été vive, hérissées de “pointes” bien ciblées de part et d’autre, mais s’est terminée de bon ton. D’Lan, lui, approchait l’une de ses connaissances Havarkavec quelques questions sur les Z’bri des SkyRealms, et y apprit qu’il s’agissait souvent de Z’bri s’étant distancé de la “société” de leurs pairs. Bejmin, D’Lan et Abraham mirent donc le cap vers Bazaar pour en apprendre plus sur les Dahlians et espérer trouver à temps le Joshuan.

Mettant les pieds dans l’Abysse, la partie la plus noire et glauque de Bazaar, Abraham rejoins un vieux copain spécialisé dans la “concoction d’élixirs alcooliques de toutes sortes” (du poison au single malt au…désinfectant), de qui il obtient l’information que Darun (L’un des deux Dahlian recherchés avec Jev) fréquente une maison close située tout près: la Méduse. Chemin faisant au travers des sous-terrains de Bazaar, ils sont confrontés soudainement à une patrouille de trois Joanites qui les aborde sans fioritures…

Alors comme ça c’est vous qui foutez le trouble à Bazaar…

Ceux-ci rentreront penauds, nus et sans arme, déshonorés comme l’ont voulu notre troupe de Fallens après une défaite cuisante qui se solda par la mort de l’un d’eux (d’un carreau d’arbalète dans le dos alors qu’il se sauvait). Il est fort à parier selon la tendance des choses que la Garde se souviendra longtemps de cet affront, et que nos héros seront probablement persona non grata à Vimary avant longtemps.

Une fois rendus à la Méduse, ils découvrent après une courte discussion avec Aurora (la “Madame”, une Agnite peu scrupuleuse) que Darun est présentement dans l’établissement, et l’interrompent au milieu d’une “danse contact” avec l’un des “garçons” d’Aurora. Un interrogatoire musclé lui fit cracher que Jev et lui agissaient sur l’ordre de Dahlia elle-même de “ne pas laisser de témoins”, et que Jev est déjà parti livrer le Joshuan à Westholm il y a quelques jours. Nos amis quittent le bordel en convainquant Aurora que Darun “désire vraiment une petite séance masochiste et quelques taloches”, et rigolent bien en entendant ses cris de protestation alors qu’ils quittent l’Abysse.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.