Rêves d'avenir

15-Décembre

Au lendemain du Clash incroyable qui a mené à la terrible confrontation entre soeurs et nièce et qui s’est soldé par la mort de la Fatima Joan empalée sur la lance destinée à sa Soeur Tera Sheba, beaucoup a changé. Les Joanites qui se réveillent sur Hom, sous le choc bien réel d’avoir perdu leur lien avec la Fatima. Le mot se répand comme une traînée de poudre à travers Bazaar et Vimary.D’Lan, ébranlé par la supercherie d’avoir suivi tête première une Fatima qui n’était à priori qu’un leurre (mais est-elle devenue plus?), s’occupe des affaires courantes de la 8e Tribu sans parler ni se confier. Lilith, elle, s’est retirée dans son palais avec la dépouille de Joan.

Bejmin, Abraham et Thomas sont invités à une réunion au sommet des leaders de la 8e Tribu (D’Lan est maintenant introuvable); Plusieurs Joanites voient dans le sacrifice de Joan une ouverture vers la 8e tribu, et demandent adhésion. Il est important de décider comment influencer les Fallens face à cet afflux de nouveaux compagnons: ouvre-t-on les portes ou nous donnons-nous une réserve? Le vote est serré (Mek, Veruka et Kyrt étant contre l’intégration, Kymber Reva et Hal Ninva voulant laes accueillir), mais la Meute Cynique fait pencher la balance: nous accueillrons prudemment les Joanites désirant joindre la 8e Tribu. Une rencontre avec un Templier quelques jours plus tard les confirme dans ce qu’ils savaient: beaucoup de Joanites sont excédés de la chape de plomb de Tera Sheba et voient en Lilith l’héritière d’à la fois Joshua et Joan. Les autres voient dans le sacrifice de Joan un signe de confiance en Tera Sheba et la plupart trouvent refuge chez les Shebans.

Les jours suivants sont étonnants: On apprend d’abord que deux des Doigts guardant le Nord des Z’bri sont tombés, sûrement à cause de la division chez les Joanites. Les Evans, quant à eux, ont carrément disparu; on les a vu quitter leurs échoppes et leurs champs, puis ne les avons tout simplement plus revu. Lilith marche au coeur de Hom à nouveau pour renouveller sa promesse de protection, mais quelque chose a changé: elle arbore maintenant sur elle les ailes jadis appartenant à Joan, et sa démarche est plus assurée, plus ferme.

Cherchant conseil, Abraham a pendant ce temps visité Veruka et elle lui a avoué son manque de savoir sur ce qu’ils doivent faire pour à nouveau ouvrir le Pli

J’en connaît beaucoup sur la Rivière des Rêves, Abraham, mais pas assez pour savoir comment ouvrir le Pli ou même ce qu’il adviendra lorsqu’on l’ouvrira. Est-ce qu’une armée de Z’bri attend de l’autre côté? Peut-il seulement être ouvert? Je crois qu’il faudra que tu ailles voir ma propre mentor, Grand-mère Décembre, au Sépulcre. Elle saura. Bonne chance.

Leur départ se fera la journée suivante, sans trompette ni fanfare. Ils voyageront dans un Vimary désorganisé jusqu’au Sépulcre, qui porte mieux que jamais son nom. Les corps d’une multitude de Yagans jonchent le sol: hommes, femmes et enfants. Le massacre a été soudain et quasi-total, et c’est lorsqu’ils s’engouffrent dans le sol qu’une explication s’offre à eux. Une nuée d’insectes voraces, sans le moindre doute Z’bri, a tout attaqué sur son passage et il s’en faut de peu qu’ils y passent eux aussi. C’est un réflexe salutaire de Bejmin de sauter dans des fonts baptismaux presque vides qui sauvera Abraham et lui, et Thomas s’en sortira par la peau des dents.

À l’intérieur, ils rencontrent une Grand-mère décembre mourante. Elle leur sourit, mais leur confesse être aussi ignorante que sa protégée du sort du monde.

Il vous faudra aller à la source.

Leur dira-t-elle, ce qui prendra tout son sens quelques instants après lorsqu’ils rencontreront Baba Yaga, tout en haut dans la coupole brisée du Sépulcre.

Ouvrir le Pli est difficile, mais pas impossible. Il faut que des êtres de toutes les Orbes s’offrent volontairement en sacrifice: Chair et Esprit, Fatima et Z’bri. Cela devra avoir lieu à l’endroit où la dernière Fatima, Marie la Rédemptrice, est née. C’est là que le Pli s’est refermé pour de bon, et c’est là qu’il devra s’ouvrir.

Questionnée par Thomas, elle ajoute:

Mes soeurs et moi-même nous sommes rendues coupable de bien graves péchés au nom de la Déesse. Vous avez droit à votre liberté, et pour ma part je dois beaucoup à ma propre Tribu. Je trouverai pour ma part mon chemin jusqu’à l’Orbe Spirituelle, et j’emmènerai avec moi les nombreuses âmes de ma Tribu mortes récemment. Je ne ferai pas comme ma soeur Éva, qui a étouffé sa Tribu dans son sein maternel.

Elle s’éteindra peu après, après avoir promis à Bejmin et Abraham d’apporter avec elle les âmes de leurs femmes et enfants chéris. Seule une pierre, noueuse et noire comme l’ébène, restera dans les ossements épars.

View
13-14-Résumé
Un résumé temporaire pour ne pas être perdus!

Je pensais avoir le temps d’écrire tous les résumés pour les deux dernières parties, et de les poster avant demain, histoire de commencer “dans la foulée”, mais puisque je suis arrivé tard de chez ma mère, vous aurez droit à la version “shotgun”, sans la prose que j’ajouterai par la suite pour faire une belle tite histoire de tout ça. (La bonne nouvelle, c’est que j’ai eu le temps de préparer ma game :) ) __ Donc, à la suite du dernier post que j’ai fait ( http://www.obsidianportal.com/campaign/revesdavenir/adventure-log/13-du-sang-sur-leau ).

Vous avez eu la vision “pre-crime” de l’assassinat de Veruka par Chevon et avez accouru chez elle pour vous rendre compte que c’est Jonhur qui lui en voulait dans un moment de folie, et Thomas a fait avorter l’assassinat. Vous avez aperçu les âmes innombrables des morts récents qui hantaient Hom et ses champs de bataille, avez confié Jonhur à Havark et en avez parlé à Kymber Reva, Kyrt, Mek et Hal Ninva.

Vous avez donc conclu qu’il fallait frapper l’Inquisiteur, avez passé un deal avec les Keepers pour vous y rendre et, un sous-marin de Hagbard plus tard, avez mené l’assault sur Solitude, où vous avez mené le combat à Pallis Hall contre l’Inquisiteur, Rebeka la Yaga, Harpagon et un autre, d’où vous êtes sortis victorieux. En quittant Solitude, vous avez poursuivi Raven et sa cellule qui étaient en fait des infiltrateurs de Dahlia et qui ont fait exploser le repaire Sheban. Vous l’avez échappé juste avec Harpagon et l’Inquisiteur (plus tard rendu aux tribus contre promesses de jugement qui a dégénéré le climat tribal.)

L’été suivant a été brutal, avec Lilith qui faisait raid sur raid sur raid sur les Z’bri. À la fin de l’été, un festival de la libération “surprise” est sorti des Brumes à Hom. Vous avez assisté à quelques spectacles (Abraham avec sa fille Toinette ont assisté à “la mort de Marie et naissance d’Agnès” ensemble), et c’est vers la fin de la semaine que vous avez retrouvé un Jonhur complètement déboussolé à île Perdue, en pleine agonie maso et délire.

Vous avez accouru sur ses conseils à côté de Lilith, où vous avez découvert que sa “dualité” était en fait le contrôle de Dahlia en elle. Une fois le masque de Dahlia qui l’habitait retiré, elle s’est éteint. Dahlia vous a donné une pierre étrange, qui contenait la dernière partie de l’âme de Veruka, que la Fatima avait fait prisonnière puisqu’elle en savait trop sur la vérité que Dahlia se servait de Lilith comme d’une marionnette pour tester les Fallen.

C’est à ce moment que Tera Sheba elle-même est venue mettre fin au “festival hérétique”, avec sa tribu et Joan, sur le pied de guerre. Le combat était sur le point de se joindre lorsque Lilith, illuminée des éclairs de Joshua, est venue mettre un terme à leur attaque. Sa lance jetée d’une force surhumaine était destinée à Tera Sheba mais a frappé Joan de plein fouet, la tuant net. Tera Sheba a retraité, laissant des Joanites sous le chocs sur le terrain.

Réunie avec la totalité de son âme, Veruka se réveille et vous révèle le terrible secret qu’elle a appris lorsqu’elle vagabondait dans la Rivière des Rêves: fermé jadis par les Nomades pour mettre fin au règne de terreur des Z’bri, le Fold (“Pli”) est resté fermé, et ne laisse désormais plus s’en retourner à l’Orbe spirituelle les esprits des défunts. L’Humanité entière étouffe et s’étrangle, lentement mais sûrement, vers l’oubli.

Le résultat final est le suivant:
  • Joan est morte. Nous verrons ce qu’il adviendra de sa tribu à la partie (certaines choses dépendront de vous).
  • Les Hérites sont très, très amochés de leur raid sur Solitude. Beaucoup d’effectifs perdus.
  • Le Fold est fermé, ce qui explique les rencontres et fréquentations de certains d’entre vous (avec leurs familles plus particulièrement)
View
13-Du sang sur l'eau

Les blessures après le raid bâclé son tencore fraîches autant sur l’âme que le corps, et les consolations minces. Abraham a du moins le réconfort d’avoir maintenant une solide maison de métal, sûrement l’une des rares faites de main de Fatima. Lilith, quant à elle, panse ses blessures dans son Palais sur l’île nouvelle de Haven. Un jour d’ailleurs, lors d’une visite d’Abraham et de Thomas, elle s’en ouvre à eux:

Je sens en moi une dualité. Je ne sais trop qu’en faire.

Ce disant, elle soulève la plaque recouvrant son sein gauche, dévoilant une orbe dégageant un halo bleuté. La signification exacte leur restera mystérieuse, mais Thomas décèlera bien qu’il ne s’agit pas d’une dualité au sens figuré mais bien au sens propre.

Apparemment Lilith retrouve rapidement ses esprits, puisqu’elle marche le lendemain au centre de Hom, pour annoncer… un autre Raid sur les Z’bri. Celui-ci se trouve à être un franc succès, semant mort et destruction chez les Z’bri tant haïs. D’Lan, Thomas et Bejmin y participent, alors qu’Abraham reste à Hom pour surveiller les arrières, craignant une incursion des fameuses “plumes de hiboux”.

D’Lan, de retour chez Barbier victorieux, crie à qui veut bien l’entendre qu’il est grand temps que les Tera Shebans soient tenus responsables pour les malheurs qu’ils causent aux Fallens et à l’ensemble des Tribus. Ses propos prônant la rétribution trouvent écho chez plusieurs, surtout les Hérites dont l’un d’entre eux, Raven, est particulièrement vocal.

View
12c-Commentaires

Excellente partie.

  • Je crois que c’est la fois où j’ai le plus failli tuer un personnage. Christian, si tu ne mettais pas ces emergency dice-là pour remonter ta défense contre le Lord, je te jure que je te pourfendais juste. J’en ai encore les shakes!
  • Je me sentais tout “roman harlequin” et “boutonneux de 12 ans” de décrire une orgie, mais faut croire que dans le monde “Mature” de Tribe 8 ça cadre bien puisqu’en la réécrivant je n’avais pas l’impression d’émuler le style littéraire de Coach Sniper.
  • Prochaine partie, disons que les plumes de hibou vont commencer à avoir gossé les Fallen juste un peu trop. Vous déciderez d’à quel point vos personnages embarquent dans ça, mais si je me mettais à leur place, entre l’emprisonnement, la torture, l’invasion, et la trahison aux Z’bri, pas sûr que les premiers sentiments qui vont les animer vont être faits de philantropie et d’humanisme…

Comme je le mentionnais, la prochaine partie est l’avant-dernière du chapitre, je crois que j’aurai assez de matériel pour finir ça avec un bon BANG! la partie d’après, tout en me mettant la table pour un ultime chapitre un peu plus tard qui fera une conclusion digne de ce nom à notre univers apocalyptique.

Commentaires les bienvenus (surtout s’il y a des choses que vous voulez voir absolument d’ici la fin :D)

View
12a-Une gifle

Les Fallens, bien peu fiers d’avoir été la cible de ce qui semble ni plus ni moins qu’un assassinat politique, se remettent à peine de leurs émotions lorsque Lilith s’avance en plein milieu d’entre eux et dicte:

Il y aura un raid sur les Z’bri. Demain soir.

Elle rentre en suite lentement, certainement, afin d’aller affûter ses lames et se préparer pour le lendemain. Le lendemain soir les volontaires sont nombreux, fébriles, surtout chez les Jackers et certains Hérites qui aimeraient bien voir “ce qu’elle a dans le corps”. Le raid commence et les craintes de Bejmin qu’un défilé arrogant se passe en plein milieu de Vimary se montrent inutiles: toute la troupe, accompagnée d’une Fatima, n’a qu’à marcher sur l’eau pour traverser la Grande Rivière. Le voyage est sans embûche, si ce n’est que quelques tribaux qui décampent aussitôt qu’ils apercoivent la troupe et son ange gardien meurtrier. Arrivé auprès des Sept Doigts, un camp Joanite est dressé à l’endroit où ils visaient passer.

Un ange passe.

Joan elle-même est présente et s’avance à pas décidés vers sa nièce. Il ne reste qu’un souffle entre les deux lorsqu’elles se serrent la main, compagnes guerrière pour le moment semble-t-il.

Bonjour, ma Tante.

dit seulement Lilith. Le Raid démarre de plus belle, et la troupe guerrière entre rapidement dans le territoire Z’bri d’Abonom, massacrant tout sur leur passage, Serfs et monolithes de chair. Tout se déroule bien, trop bien même, lorsque les forces Z’bri dépêchées qui semblaient battre une retraite ordonnée se divisent et forcent les unités Joanites et Lilithiennes à se séparer pour poursuivre la lutte.

La compagnie Fallen arrive bien malgré elle, les flancs pressés, dans l’une de ces arènes qui servent aux combats de Serf-Gladiateurs, et acculent au mur les créatures qui semblent désemparées.

Ce ne sont pas de vrais Iv’Chets. C’est un piège.

affirme D’Lan, et cette horrible hypothèse semble se confirmer rapidement: d’énormes créatures de chair amalgamée sortent des estrades, avec l’être le plus immonde qu’il leur a été donné de voir de toutes leurs vies: un Lord Z’bri, qui se fixe comme cible la jeune Fatima avec un hurlement dissonnant.

La bataille est brutales, les pertes nombreuses. C’est l’acharnement au combat de D’Lan et Thomas, la ténacité d’Abraham et surtout l’adresse au tir de Bejmin qui de tirs précis empêche les Z’bri de refermer l’étau sur leur groupe qui leur permettra une retraite ordonnée, non sans que beaucoup d’entre eux aient été gravement blessés. Lilith elle-même est blessée, à la consternation de tous.

Ils rentreront à Hom piteusement, en se cachant et en contournant les citoyens tribaux de peur d’être découverts. Ils rentreront à Hom pour découvrir un objet troublant sur leur propres oreillers.

Une plume de Hibou.

View
12-Une main tendue

C’est l’après-bataille. Tous sont rentrés enfin à Hom sans pour autant pouvoir savourer un retour à la maison calme, vu la bataille qui vient de se produire. Abraham a la bonne surprise de constater que pendant son absence Lilith a jeté les fondations de sa maison avec des poutres d’acier, au pouce près. D’Lan et Thomas soignent leurs blessures sous l’oeil vigilant de Bejmin.

Leur répit sera de courte durée. Quelques temps après, une troupe de Magdalites se présente à Hom, sous une mission de diplomatie. Lilith ayant élu domicile dans le nouvel édifice saillant de Haven, il en revient à nos amis d’accueillir comme il se doit les Magdalites, qui sont accompagnés par rien de moins qu’une Sirène (la garde rapprochée de Magdalène). Les choses commencent bien par des cadeaux d’usage: narcotiques et autres potions sont offertes, avec promesse de les consommer ensemble avant bien longtemps. Sous les conseils des Fallens, les Magdalites établissent leur campement lègèrement en retrait de Hom même.

Le soir venu, c’est la fête qui a lieu, et les Madgalites semblent bien décidés à offrir du bon temps à leurs hôtes en guise de main tendue. Une bonne discussion a lieu avec la meute cynique, où il est question d’un certain plaisir Magdalite à voir les Joanites rentrer la queue entre les jambes, et où l’on avoue candidement être venu chercher de l’information sur ces nouveaux Bannis qui semblent faire trembler les Fatimas. Et l’alcool coule, et les drogues se fument… la soirée sombre dans une ivresse douce et dégénère à la manière de Magdalène elle-même en une orgie de plaisir où tous et chacun se laisse envoûter.

C’est un cri rauque et une gerbe de sang chaud qui casse tel un miroir l’ambiance de la soirée. La Sirène de Magdalène, en pleins ébats avec Abraham, tombe à la renverse les yeux révulsés: elle a un carreau d’arbalète en plein coeur.

Le chaos s’en suit, où D’Lan et Thomas accourent à l’extérieur par réflexe. Bejmin constate rapidement la mort sur le coup (le carreau était de de plus empoisonné). Abraham tente de calmer la situation, et se concentre à trouver un éventuel perpétrateur dans l’enceinte de la tente. C’est Bejmin qui l’apercevra le premier et D’Lan se lancera à ses trousses sans succès et ne mordra que de la boue.

De retour dans une tente qui leur est maintenant hostile, un examen de la flèche révèle que l’empennage est lui-même un symbole. Une plume de Hibou.

View
X - Actualités
Homs sous une pluie de coups, la diplomatie piétine

La ville de Homs se retrouve de nouveau sous le coup et des assauts de l’armée Joanite hier matin, alors que les Sept Tribus appellent leur membres à rompre leurs relations diplomatiques avec la Nation Fallen.

Les attaques ont visé particulièrement les deux grands leux de rassemblement de Homs, la Cage et La Porte des Damnés. Les attaques auraient fait 23 morts depuis avant-hier dans ce bastion de la contestation contre les Fatima, après une journée d’accalmie la veille, selon des militants.

Les opposants au régime des Fatimas ont également repoussé une attaque des forces de sécurité au Pont des Bannis, faisant au moins trois morts du côté des soldats fidèles à Tera Sheba, a indiqué Le Grand Conseil.

Des soldats ont également lancé dimanche une offensive à La Porte des Damnés, quartier de Homs et théâtre de plusieurs incursions des forces loyalistes au cours de la dernière semaine.

Il est toutefois difficile de vérifier les affirmations provenant de Vimary, car le régime limite de manière très stricte l’accès des conteurs d’histoire sur son territoire.

Source: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/02/13/004-syrie-bombardements-homs-diplomatie-ligue-arabe.shtml

View
11c - Commentaires

Une belle partie, et je suis content qu’on aie réussi à se remettre de dans sans trop perdre le fil.

  • J’ai bien hâte non seulement à la prochaine partie mais aussi à la suivante (ou 2, c’est selon), le format
  • Hugo, j’aime beaucoup le côté “laideron philosophe” de ton personnage… on sent qu’il y a quelque chose derrière ces cicatrices qui laisse songeur. En passant t’as 1 XP pour avoir fait des déductions extrêmement judicieuses sur le Rêve de Lilith (plus même que tu ne le crois!)
  • Je change officiellement le nom de votre Cellule pour “La Meute Cynique”... premièrement parce que ça sonne un peu plus cool, mais aussi parce qu’en cherchant la souche de “cynique”, ça remonte au mot grec pour “chien”. Voilà.
  • Moi je vous dit que vous n’avez encore aucune idée de la portée de vos décisions, mais que ça se rendra manifeste avec le temps et j’ai ben, ben hâte…

D’ailleurs, sur le sujet, la prochaine partie peut prendre deux tangentes radicalement différentes dépendant des volontés de vos personnages. En fait, les deux tangentes vont se réaliser, mais vos personnages ne pourront probablement pas participer aux deux, ce qui aura des conséquences d’un côté comme de l’autre. :D

Vos commentaires sont comme toujours les bienvenus!

View
11b - Contre-coup

Le retour dans l’Orbe Matérielle est soudain et surprenant. Leur sommeil n’aura duré qu’un instant et aura été l’hôte d’un “micro-rêve”, et le tout aura été quasi-instantané du point de vue des observateurs. Ils ne perdent pas de temps, et voyant Lilith se lever de son trône, ils avancent avec elle pour aller défendre leur territoire. Lilith fait son chemin à Hom devant les regards soulagés des Bannis, jusqu’aux barricades de métal enchevêtrés, et les Déchus se rassemblent autour d’elle, une certaine lueur décidée dans leurs yeux précédemment abattus.

Elle ira se battre pour eux.

Le momentum est présent, beaucoup sont prêts à sacrifier le peu qu’ils ont pour ne pas céder à l’Inquisiteur Sheban et à ses laquais Joanites. Bejmin renchérit.

Soit, si vous fuyez, vous pourrez peut-être sauver vos vies… temporairement. Mais puisqu’il n’y a pas d’autres endroits que nous appellons “chez nous”, où iriez-vous? Non, il faudra peut-être verser le sang mais leur concéder la victoire revient à concéder notre liberté.

La bataille est amorcée, et la première réplique des Joanite menaçe d’être dévastatrice, alors qu’une salve de carreaux et de flèches est envoyée sur les Fallens qui chargent. Lilith pousse alors un cri assourdissant qui fracasse en plein air les projectiles, donnant ainsi à la fois la surprise et l’avantage de l’assaut aux Fallens. Lilith fonce directement sur l’Inquisiteur, se frayant un chemin en désarmant/neutralisant les Joanites sur son passage (peut-être éprouve-t-elle de la sympathie pour sa tante la Guerrière?).

Une fois parvenue à Siméon, ce dernier terrorisé se voit saisi à la Gorge par une Fatima en furie.

Sachez que cette nation est la nôtre, et que j’ai promis de la protéger. Quittez cette île immédiatement, pour ne plus y revenir. Dites à mes tantes qu’elle ne sauront chercher la guerre, sous peine de la trouver.

Et sur ces mots elle projette au loin l’Inquisiteur, qui a à peine le temps d’ordonner la retraite. Les Joanites sont tout de même des troupes entraînées, et la retraite est ordonnée. Bejmin et Abraham seront instrumentaux dans les soins prodigués aux blessés Joanites, qui se verront montrer un minimum de clémence.

Quelques jours plus tard, les Bannis sont convoqués par Lilith à une énorme célébration. L’air est chargé de Synthèse, et un rituel parmis les plus puissant prend place, toute la tribu entrancée assiste à rien de moins qu’uine nouvelle île qui sort des flots de la Grande Rivière, au sud de Hom. Les Nations Tribales, en pleine finale du Festival de la Libération, en sont aussi témoins via les dires de la silhouette de Lilith, sortie de la dépouille de son frère Joshua.

Chez les Fallens, pour les jours qui suivent, on entend la fierté, le soulagement, la défiance, mais aussi… des voix qui demandent vengeance.

View
11a - Dans la tourmente

Le mystère de Lilith ne reste pas entier longtemps: nos héros la trouvent assise, immobile, sur son trône près de sa forge. D’une immobilité absolue. Ardatli Maque et d’autres sympathisants de Lilith sont embêtés, et ne comprennent rien à la situation. D’Lan rappelle à tout le monde qu’une bataille doit être gagnée, et est sur le point de sortir lorsque les plus proches collaborateur entendent clairement un appel…

À l’aide…

Il n’en faut pas plus pour comprendre que Lilith est prisonnière d’elle-même, et que la Rivière des Rêves leur offre la meilleure chance de comprendre ce qui se passe. Un rituel Synthésique débute, la chaleur de la forge aidant et le souci réel pour Lilith concentrant leurs efforts, un rêve éveillé prend les proches collaborateurs, qui se réveillent dans un endroit rocheux à flanc de montagne, parsemé de rocs massifs. Des ours courent vers le sommet.

Ébahis, une fois arrivés au sommet, nos héros sont témoins d’une scène incompréhensible. Des quatre flancs de montagnes des réalités différentes s’affrontent. De l’est une ville avec ses escaliers et passerelles, d’où fondent des hiboux sur des renards venus de l’Ouest et d’une forêt touffue, dense et incontrôlable. En face d’eux, les ours courant à leurs côtés se jettent sur des créatures Z’bri innomables, venus d’un paysage de cauchemar organique malheureusement familier.

Au centre, Lilith, toujours assise sur son trône, mais cette fois éveillée, hésitante, peut-être apeurée (une chose est-elle possible?).

Ils en discutent longuement, la bataille faisant rage tout autour d’eux sans vraiment les toucher, et ils croient reconnaître ainsi certains aspects de Lilith sans trop en être certains: son désir de l’ordre, sa haine des Z’bri, sa Force héritée de son père. Abraham, plus à l’aise dans la Rivière des Rêves, comprend que le temps s’écoule différemment ici, et s’asseoit pour prendre quelques bouffées de sa pipe et contempler la situation. À un moment, à côté de lui, surpris, il aperçoit Veruka.

Veruka? Que fais-tu ici? Joshua soit loué, tu pourras nous aider, nous sommes perdus et tu peux nous aider comprendre l’impasse présente!

Je suis désolé Abraham, j’aimerais bien vous aider, mais je suis la mauvaise Veruka… je ne suis que celle qui guide et unit les Doomsayers, je ne suis pas la Veruka savante des Rêves.

Ils lui indiqueront ce qu’ils croient être le chemain de retour vers son corps. Puis, Thomas aidant d’un commentaire fort à propos sur les aspects philosophiques et avec une main tendue d’Abraham, Lilith se lève de son siège. Guidée par les propos de la Meute Cynique, elle éradique les hiboux et détruit la ville. Encouragée, et pourfend les Z’bri et met à feu et à sang leur territoire. Elle aurait pu aller plus loin, mais d’un commun accord leurs encouragements cessent à cela, et Lilith peut repartir, à tout le moins soulagée de son impasse.

Lilith est un être de conflit, et à leur insu, ils ignorent que s’ils n’avaient pas canalisé son énergie destructrice, c’est eux que Lilith aurait fini par détruire.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.