Rêves d'avenir

12a-Une gifle

Les Fallens, bien peu fiers d’avoir été la cible de ce qui semble ni plus ni moins qu’un assassinat politique, se remettent à peine de leurs émotions lorsque Lilith s’avance en plein milieu d’entre eux et dicte:

Il y aura un raid sur les Z’bri. Demain soir.

Elle rentre en suite lentement, certainement, afin d’aller affûter ses lames et se préparer pour le lendemain. Le lendemain soir les volontaires sont nombreux, fébriles, surtout chez les Jackers et certains Hérites qui aimeraient bien voir “ce qu’elle a dans le corps”. Le raid commence et les craintes de Bejmin qu’un défilé arrogant se passe en plein milieu de Vimary se montrent inutiles: toute la troupe, accompagnée d’une Fatima, n’a qu’à marcher sur l’eau pour traverser la Grande Rivière. Le voyage est sans embûche, si ce n’est que quelques tribaux qui décampent aussitôt qu’ils apercoivent la troupe et son ange gardien meurtrier. Arrivé auprès des Sept Doigts, un camp Joanite est dressé à l’endroit où ils visaient passer.

Un ange passe.

Joan elle-même est présente et s’avance à pas décidés vers sa nièce. Il ne reste qu’un souffle entre les deux lorsqu’elles se serrent la main, compagnes guerrière pour le moment semble-t-il.

Bonjour, ma Tante.

dit seulement Lilith. Le Raid démarre de plus belle, et la troupe guerrière entre rapidement dans le territoire Z’bri d’Abonom, massacrant tout sur leur passage, Serfs et monolithes de chair. Tout se déroule bien, trop bien même, lorsque les forces Z’bri dépêchées qui semblaient battre une retraite ordonnée se divisent et forcent les unités Joanites et Lilithiennes à se séparer pour poursuivre la lutte.

La compagnie Fallen arrive bien malgré elle, les flancs pressés, dans l’une de ces arènes qui servent aux combats de Serf-Gladiateurs, et acculent au mur les créatures qui semblent désemparées.

Ce ne sont pas de vrais Iv’Chets. C’est un piège.

affirme D’Lan, et cette horrible hypothèse semble se confirmer rapidement: d’énormes créatures de chair amalgamée sortent des estrades, avec l’être le plus immonde qu’il leur a été donné de voir de toutes leurs vies: un Lord Z’bri, qui se fixe comme cible la jeune Fatima avec un hurlement dissonnant.

La bataille est brutales, les pertes nombreuses. C’est l’acharnement au combat de D’Lan et Thomas, la ténacité d’Abraham et surtout l’adresse au tir de Bejmin qui de tirs précis empêche les Z’bri de refermer l’étau sur leur groupe qui leur permettra une retraite ordonnée, non sans que beaucoup d’entre eux aient été gravement blessés. Lilith elle-même est blessée, à la consternation de tous.

Ils rentreront à Hom piteusement, en se cachant et en contournant les citoyens tribaux de peur d’être découverts. Ils rentreront à Hom pour découvrir un objet troublant sur leur propres oreillers.

Une plume de Hibou.

Comments

LexMajor

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.